Atelier de partage d’expériences des projets DIPECHO (DRR) au Niger Du 14 au 15 février 2020 à Niamey

Du 14 au 15 février 2020 a eu lieu à Niamey, l’atelier de partage d’expériences des projets DIPECHO (DRR) au Niger.Ouvert officiellement par le Secrétaire Permanent (SP) du Dispositif National de Prévention et Gestion des Crises Alimentaires (DNPGCA), cet atelier a regroupé plus de soixante-dix (70) dont les cadres centraux du DNPGCA, les représentants des Comités Sous Régionaux de Prévention et Gestion des Catastrophes et Crises Alimentaires (CSR/PGCCA), les cinq (5) Secrétariats Permanents Régionaux (SPR) bénéficiaires desdits, les Partenaires Techniques et financiers (PTF), les Organisations Non Gouvernementales (ONGs) membres de l’Alliance.

Ce premier atelier a pour objectif global de partager et capitaliser les expériences et acquis engrangés par les deux projets DIPECHO Niger 

En effet, au Niger, les catastrophes naturelles plus fréquentes et plus intenses entravent le rétablissement des communautés vulnérables, les nouvelles crises aggravant les effets persistants des plus anciennes. Pour appuyer le Niger à y faire face, la Direction générale pour la protection civile et les opérations d'aide humanitaire européennes de la Commission européenne (ECHO) met en place des subventions pour s’attaquer aux problèmes structurels sous-jacents, développer des approches innovantes pour protéger les communautés menacées par des catastrophes naturelles, à travers notamment une bonne préparation aux risques naturels et mettre en place des systèmes d'alertes et de réponses rapides adaptés aux régions à haut risque ;

Dans ce cadre, sous la fenêtre DIPECHO, deux consortia sont bénéficiaires de ces subventions au Niger. Il s’agit de DIPECHO1 constitué d’Oxfam et de Save The Children et du projet SAOURI/WASSI regroupant Action Contre la Faim, COOPI et Concern. Tous deux travaillent sur le renforcement institutionnel, particulièrement de la CC/SAP afin que « les zones et communautés ciblées les plus exposées aux chocs et crises alimentaires, anticipent, s'organisent, s'adaptent, et réduisent leurs vulnérabilités aux catastrophes naturelles », en particulier aux aléas les plus récurrents.

De manière général, le travail des deux (2) consortia permettra de répondre à 3 défis centraux au Niger : La faiblesse d'un système de suivi, alerte, et réponse aux catastrophes intégré du niveau local jusqu'au niveau national ; la faible compréhension des causes des catastrophes et connaissance des mesures possibles pour les prévenir ou en réduire l'impact, et le niveau faible des investissements réalisés dans ce domaine.

Le projet DIPECHO 1 renforce les mécanismes d'alerte précoce existants au niveau local et régional pour assurer des actions précoces et des réponses adéquates et rapides afin de renforcer la résilience des ménages aux chocs prévisibles et aux catastrophes et éviter la dégradation de leurs conditions de vie et le recours à des mécanismes d'adaptation négatifs qui compromettent les gains de développement. Succinctement, Oxfam et SCI se proposent de contribuer à asseoir et institutionnaliser un système d'alerte et action précoce (EWEA) afin de permettre une remontée rapide et régulière des informations d'ordre humanitaire et faciliter une réponse précoce appropriée.

Le projet SAOURI/WASSI quant à lui propose des actions de renforcement du Système d’Alerte Précoce et des réponses aux urgences alimentaires et pastorales, notamment à travers l’appui et l’articulation entre un système de collecte fiable et permanent (sites sentinelles, veille humanitaire) et des plans départementaux de préparation et de réponses aux urgences alimentaires et pastorales. Cette composante met le SAP /DNPGCA au centre d’un programme de renforcement des capacités et de capitalisation de bonnes pratiques.

Deux approches similaires mais nuancées sont mises en œuvre par les deux consortia, l'une (SAOURI/WASSI) se centrant sur une analyse approfondie des risques, de planification et une approche de surveillance axée sur la collecte de preuves directes du Cadre Harmonisé et l’autre (DIPECHO 1) sur la mise en place d’un dispositif opérationnel de Suivi, Alerte, et Réponse centré au niveau villageois. Les deux consortia développement des actions complémentaires et collaborent pour proposer une gamme d’action en vue d’un ancrage institutionnel cohérent au niveau du DNPCCA. Parmi elles, la capitalisation a été alors identifiée comme une opportunité de rassembler les acquis des projets DIPECHO au Niger, d’analyser l’information relative à des expériences spécifiques et de partager les résultats avec le DNPGCA, les acteurs de développement et des urgences.

C’est dans ce cadre que s’inscrit cet atelier.

img

Go to top